Assurance hospitalisation : comment ça fonctionne et comment la choisir ?

23 janvier 2023 | MNSPF, Prévention

La vie nous réserve parfois quelques surprises, et personne n’est à l’abri d’un accident qui le mènerait tout droit vers l’hospitalisation.

Malheureusement, et malgré un système de santé performant, une hospitalisation peut rapidement venir peser sur le budget de la famille : frais de confort personnel, dépassements d’honoraires médicaux, forfait hospitalier… la facture peut vite grimper.

Heureusement, des solutions existent pour pallier ce risque.

L’assurance hospitalisation, par exemple, permet de vous aider à faire face à ces situations imprévues, en vous faisant bénéficier d’indemnités journalières forfaitaires.

Dans cet article, nous vous révélerons tout ce que vous devez savoir sur cette garantie.

Navigation rapide :

 

I – Quels frais peut couvrir une assurance hospitalisation ?

 

A – Le forfait hospitalier

 

Lors d’un séjour à l’hôpital, l’Assurance Maladie prend en charge une partie des frais liés à l’hospitalisation. Cependant, une participation financière obligatoire est demandée au patient pour les frais d’hébergement et d’entretien : c’est le forfait hospitalier.

Le forfait hospitalier a été fixé par un arrêté ministériel le 20 juin 2019 et prévoit :

Un montant de 20 € par jour d’hospitalisation en hôpital ou en clinique
Un montant de 15 € par jour d’hospitalisation en service psychiatrique

Ce forfait hospitalier n’est malheureusement pas pris en charge par l’Assurance Maladie. Néanmoins, une bonne assurance hospitalisation peut réduire fortement la facture en vous permettant de percevoir une indemnité forfaitaire journalière.

Cependant, dans certaines situations, il est possible de bénéficier d’une exonération des frais d’hospitalisation. Dans ce cas-là, vous n’aurez pas besoin de passer par votre mutuelle pour vous faire rembourser.

Des cas liés au statut :

  • Vous êtes affilié au régime d’Alsace-Moselle
  • Vous bénéficiez de la Complémentaire Santé Solidaire (CSS) ou de l’Aide Médicale d’Etat (AME)
  • Vous percevez une pension militaire

Des cas liés au type d’hospitalisation :

  • Vous êtes hospitalisé à domicile (HAD),
  • Vous êtes hospitalisé pendant les 4 derniers mois de votre grossesse, pour l’accouchement, ou durant les 12 jours après l’accouchement,
  • Votre enfant est hospitalisé durant ses 30 premiers jours,
  • Vous êtes hospitalisé suite à une maladie professionnelle ou un accident de travail,
  • Vous avez un enfant en situation de handicap de moins de 20 ans hébergé en établissement d’éducation spéciale ou professionnelle,
  • Vous êtes victime d’un acte terroriste.

 

B – Les frais d’hospitalisation

Assurance hospitalisation : comment sont répartis les frais

Au forfait hospitalier peuvent venir rapidement s’ajouter les frais d’hospitalisation, ce qui pourrait venir alourdir encore un peu plus la facture.

Lorsque vous êtes hospitalisé, les soins dont vous bénéficiez peuvent engendrer des frais d’hospitalisation : en cas d’opération, de consultation ou d’anesthésie par exemple.

Si la majeure partie de la facture est prise en charge par l’Assurance Maladie (80 % du tarif conventionnel), les 20 % restant sont à votre charge (et ceci sans compter les éventuels dépassements d’honoraires !).

Dans ce cas, les indemnités forfaitaires journalières de votre assurance hospitalisation vous seront bien utiles pour alléger la facture.

Attention cependant, dans certaines situations, l’Assurance Maladie peut prendre en charge les frais d’hospitalisation à 100 % du tarif conventionnel si :

  • Vous êtes hospitalisé depuis plus de 30 jours consécutifs,
  • Vous êtes hospitalisé à cause d’une Affection de Longue Durée (ALD),
  • Vous touchez une pension d’invalidité, de veuf ou veuve invalide, d’une pension de vieillesse ou d’une pension militaire,
  • Vous bénéficiez de la complémentaire santé solidaire ou de l’Aide Médicale d’Etat.

 

C – Les frais de confort

 

C’est bien connu : il n’y a rien de plus morose qu’une chambre d’hôpital. Alors lorsque vous êtes hospitalisé depuis plusieurs jours, il est naturel de vouloir un peu plus de confort. Cela peut par exemple concerner :

  • Une chambre individuelle,
  • L’accès au Wi-Fi,
  • L’accès à la télévision dans la chambre,
  • et même parfois le téléphone.

Pourtant devenus essentiels, ces services peuvent rapidement représenter un coût important pour le patient.

L’accès à la télévision par exemple peut coûter jusqu’à 5 € par jour dans certains hôpitaux (soit une dépense de près de 150 € par mois).

Le prix moyen pour accéder à une chambre particulière est quant à lui beaucoup plus élevé. Il est en moyenne de 60 € par jour dans les hôpitaux publics de l’hexagone, et peut monter jusqu’à 100 € dans les cliniques privées.

Dans le cas d’une hospitalisation un peu longue, le recours à une Assurance Hospitalisation peut donc vous permettre de rendre votre séjour un peu plus agréable.

 

II – Assurance hospitalisation : comment ça fonctionne ?

 

Une assurance hospitalisation est un contrat qui est généralement souscrit avant l’hospitalisation afin de prévenir les éventuels risques.

 

A – Quelles sont les conditions pour souscrire à une assurance hospitalisation ?

 

La première chose que vous devez savoir, c’est que l’assurance hospitalisation est un contrat individuel. Il ne peut donc y avoir qu’un seul titulaire par contrat.

Pour souscrire à ce type de garantie, aucune formalité médicale n’est nécessaire.

La seule condition pour pouvoir bénéficier d’une garantie hospitalisation est la suivante : vous devez être âgé d’au moins 16 ans et de moins de 50 ans.

 

B – Comment ça marche ?

 

Lorsque vous souscrivez à une assurance hospitalisation, vous vous acquittez d’une cotisation mensuelle pendant toute la durée du contrat. Le montant exact peut varier d’une mutuelle à l’autre selon les garanties proposées par l’organisme que vous aurez choisi.

De manière générale, le montant des cotisations n’est pas très élevé pour ce type d’assurance. À la MNSPF par exemple, notre garantie hospitalisation Hospi 18 est disponible pour seulement 9 € par mois.

 

III – Ce qu’il faut prendre en compte dans votre choix d’Assurance Hospitalisation

Assurance hospitalisation : comment choisir la bonne ?

Les conditions de remboursement varient d’une mutuelle à l’autre. C’est la raison pour laquelle il est important de bien vous renseigner avant de souscrire à une garantie hospitalisation.

Voici quelques points auxquels faire attention :

 

A – Le nombre de jours couverts par an

 

La plupart des assurances hospitalisation fonctionnent avec un nombre de jours annuel : c’est le nombre de jours maximal pris en charge par celle-ci en cas de séjour à l’hôpital.

Par exemple, si votre mutuelle prend en charge 50 jours d’hospitalisation par an, vous ne pourrez percevoir votre indemnité forfaitaire que pendant cette période. Passé le 50ème jour, vous ne bénéficierez plus de la garantie.

 

B – Le cas d’ouverture de la garantie

 

Vérifiez bien les conditions d’ouverture de la garantie : par exemple si elle couvre bien les hospitalisations programmées mais aussi et surtout les non-programmées. Il serait dommage de souscrire à une assurance hospitalisation et de découvrir au dernier moment que celle-ci ne vous couvre pas.

Enfin, pensez à vérifier que celle-ci s’ouvre également dans le cadre de la chirurgie ambulatoire. Par exemple, Hospi 18 de la MNSPF est particulièrement adaptée en cas d’intervention chirurgicale de réparation osseuse, tendineuse, cartilagineuse ou ligamentaire et d’ostéosynthèse chirurgicale.

 

C – Les conditions de cessation de l’indemnisation

 

Enfin, attardez-vous sur les conditions de cessation de l’indemnisation de votre assurance hospitalisation. Généralement, elle est marquée par la reprise de l’activité professionnelle (si vous travaillez), ou par la reprise de l’activité personnelle (dans le cas contraire). Elle peut aussi simplement prendre fin après épuisement de votre forfait.

Pour éviter les mauvaises surprises, nous vous conseillons tout de même d’y jeter un coup d’œil attentif.

 

IV – Et si je suis immobilisé, mais pas hospitalisé ?

 

Lors d’un accident, l’hospitalisation n’est pas toujours obligatoire : c’est par exemple le cas lors d’une fracture ou d’une rupture ligamentaire.

Pourtant, la conséquence sur votre vie est la même : vous êtes immobilisé pendant un certain temps à domicile, les soins coûtent cher, et vous ne pouvez bien souvent pas assurer votre activité professionnelle.

Dans ce cas, l’Assurance Hospitalisation ne fonctionne pas. Mais quelles sont alors les solutions qui s’offrent à vous ?

Pour compléter votre forfait hospitalisation, vous pouvez souscrire à un forfait immobilisation. Reposant sur le même principe d’indemnisation forfaitaire journalière, cette garantie vous permet d’être assuré en cas d’immobilisation liée à une lésion osseuse, ligamentaire, musculaire ou tendineuse.

À la Mutuelle Nationale des Sapeurs Pompiers de France, vous n’avez pas ce problème. Notre garantie hospitalisation Hospi 18 couvre les frais d’hospitalisation et d’immobilisation pour le même montant.

Quelques ressources utiles sur les remboursements hospitaliers :

Pour conclure cet article, voici ce que vous devez retenir sur l’assurance hospitalisation :

  • En cas d’hospitalisation prolongée, vous bénéficiez d’une indemnité forfaitaire journalière
  • L’assurance hospitalisation vous permet de réduire la charge liée aux frais de confort, d’hospitalisation ou au forfait hospitalier.
  • La seule condition pour bénéficier d’une garantie hospitalisation est d’être âgé d’au moins 16 ans, et de moins de 50 ans.
  • L’Assurance hospitalisation peut être complétée par une assurance immobilisation pour être protégé dans toutes les situations.

Continuer votre lecture

Si cet article vous a plu alors ceux-ci devraient aussi vous intéresser !

Comment choisir une bonne mutuelle dentaire ?

Tout le monde a besoin de soins dentaires. Il peut s’agir de soins courants (consultation de routine, détartrage ou élimination d’une carie, par exemple) ou d’actes plus importants tels que la réparation d’une dent cassée ou la pose d’une couronne dentaire. Or, les...

lire plus

278 420 sapeurs-pompiers et leurs familles profitent déjà de nos avantages adhérents.
Pourquoi pas vous ?