Mutuelle pour les soins de bien-être : comment choisir la bonne ?

31 octobre 2023 | Prévention

Dans l’immense majorité des cas, les soins de bien-être ne sont pas remboursés par la Sécurité Sociale.

Que sont les soins de bien-être ? ll s’agit de soins qui ne sont pas considérés comme nécessaires à la bonne santé d’une personne mais qui participent à l’amélioration de son bien-être au quotidien (ostéopathie, diététique, etc). Dans cette optique, on parlera aussi de soins de mieux-être.

Il peut s’agir d’un massage, de l’accompagnement par un nutritionniste ou d’une séance d’acupuncture, par exemple.

Des débats existent sur l’impact de certains de ces soins sur la santé des individus. Certains ont une efficacité qui n’a pas été prouvée tandis que d’autres peuvent avoir des effets importants. Un exemple : l’hypnose peut aider à arrêter de fumer durablement.

Si vous avez besoin de ce type de prestations mais que votre mutuelle ne les rembourse pas correctement, les dépenses à votre charge seront importantes. Vous serez alors contraint d’y allouer une part significative de votre budget ou d’y renoncer.

Dans cet article, nous vous expliquons l’intérêt de souscrire à une mutuelle pour les soins de bien-être et nous vous offrons nos conseils pour trouver une complémentaire santé qui correspond à vos besoins.

Navigation rapide :

 

I – Pourquoi souscrire à une mutuelle pour les soins de bien-être ?

 

Un rendez-vous chez le podologue ? Choisissez une bonne mutuelle pour les soins de bien-être pour vous faire rembourser.

 

1 – Des soins intégralement à votre charge

 

L’Assurance Maladie rembourse les soins de santé à différents niveaux selon leur nature. Certains sont pris en charge en totalité tandis que d’autres le sont partiellement et que d’autres ne le sont pas du tout.

Par exemple, dans le cas d’une affection de longue durée (ALD), l’Assurance Maladie prend en charge 100% des dépenses de santé liées aux soins nécessaires.

Dans d’autres cas, le remboursement est partiel. Pour une visite chez votre médecin traitant d’un prix de 25 €, il s’élève à 70%, déduction faite de la participation forfaitaire de 1 euro. Vous devez donc encore régler 8,50 €. Si vous bénéficiez d’une complémentaire santé qui prend en charge ce type de prestation à 100 %, c’est elle qui vous remboursera ce reste à charge.

Dans le cas de soins dits de bien-être, le remboursement de l’Assurance Maladie est presque toujours nul. En effet, puisqu’ils ne sont pas jugés essentiels, ils ne sont pas pris en charge par l’AMO.

 

2 – Des soins onéreux

 

En plus d’être intégralement à votre charge, ces prestations de santé sont souvent onéreuses. Par exemple, en fonction de votre lieu et du praticien, comptez :

  • entre 30 et 80 € pour une séance de sophrologie ;
  • entre 50 et 85 € pour une séance d’ostéopathie ;
  • entre 45 et 90 € pour une séance d’hypnothérapie.

Le prix d’une séance individuelle est donc élevé mais on a souvent besoin de plusieurs rendez-vous pour mener à bien une thérapie.

Les soins de médecines douces représentent donc un budget important pour une personne. Ce budget est encore plus élevé si plusieurs membres de la famille en ont besoin.

Adhérer à une mutuelle pour les soins de bien-être est donc une solution pour bénéficier d’une prise en charge de ces dépenses.

 

Photo d'une séance d'ostéopathie : une médecine douce bien remboursée par les mutuelles bien-être

 

II – Choisir une bonne mutuelle pour les soins de bien-être : quels critères prendre en compte ?

 

1 – Les soins couverts

 

Commencez par vérifier les soins compris dans les garanties bien-être des mutuelles. En effet, l’appellation “bien-être” est un ensemble vaste qui peut comprendre différents types de prestations :

  • Les actes de prévention : vaccins, contraceptifs ou bilan diététique par exemple. Ce sont les soins qui visent à anticiper les problèmes de santé.
  • Les médecines douces (ou alternatives) : acupuncture, homéopathie, ostéopathie, naturopathie, étiopathie, etc. Il s’agit de médecines complémentaires à la médecine conventionnelle (et qui ne s’y substituent pas) utilisant d’autres approches.
  • Les achats en pharmacie : homéopathie, médicaments non remboursés par l’Assurance Maladie, prévention (crème solaire, substitut nicotinique, etc)…

Renseignez-vous sur les prestations couvertes par les garanties que vous visez. Il existe plus de 400 médecines douces répertoriées par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Vérifiez que celles dont vous avez besoin sont bien remboursées !

 

2 – Les remboursements

 

Étant donné que les soins de bien-être ne sont pas couverts par l’Assurance Maladie, les montants de remboursement des mutuelles sont exprimés en forfait (exemple : 50 € par séance).

Les montants et les conditions de remboursement varient d’une mutuelle à l’autre. Renseignez-vous sur le détail des garanties afin de trouver la mutuelle pour les soins de bien-être qui vous correspondent.

  1. Le montant de remboursement : un montant est fixé pour les différents types de prestation. Il est souvent donné par séance.
    Exemple : À la MNSPF, notre offre de complémentaire santé Santé 18 Initial R Label vous permet de bénéficier de 3 séances d’ostéopathie par an, remboursées à la hauteur de 30€.
  2. La limitation du nombre de séances : la mutuelle peut fixer un nombre maximal de séances sur une période donnée (généralement une année). Ce nombre maximal peut être donné par personne ou bien pour toutes les personnes inscrites au contrat. Exemple : 5 séances de psychologie par personne et par an.
  3. Le plafond de garantie : un plafond annuel de remboursement peut être mentionné. Il peut être individuel ou être commun à l’adhérent principal et ses ayants droits. Exemple : 100 € par an pour le remboursement d’achats en pharmacie non remboursés par l’AMO.
  4. Le délai de carence : il s’agit de la période entre la souscription du contrat et le moment où vous pourrez bénéficier d’un remboursement. Il peut être inexistant ou avoir une durée plus ou moins longue. Exemple : délai de carence de 4 mois pour les soins de bien-être.

 

3 – Le prix de la cotisation

 

Le prix de la cotisation mensuelle constitue également un critère à considérer dans le choix de votre mutuelle.

Après avoir sélectionné des contrats de complémentaire santé qui proposent des taux de remboursements élevés pour les garanties bien-être dont vous avez besoin, comparez le prix des cotisations demandées pour savoir quelle est la mutuelle qui constitue le meilleur rapport qualité/prix.

De plus, si l’un de vos proches souhaite aussi profiter de votre assurance complémentaire pour les soins de bien-être, il est essentiel de vous renseigner sur les coûts qu’implique l’ajout d’un bénéficiaire au contrat.

Certaines mutuelles n’appliquent pas de frais supplémentaires tandis que d’autres font augmenter la cotisation de manière plus ou moins importante. Si votre complémentaire doit couvrir l’ensemble des membres de votre foyer, c’est un critère important !

 

Conclusion

 

Étant donné qu’aucun remboursement des soins de bien-être n’est fait par le premier niveau de protection santé (l’Assurance Maladie), il est impératif d’ajouter un deuxième niveau (la complémentaire santé) qui assure une très bonne prise en charge.

Pour cela, identifiez en amont vos besoins puis prenez le temps de comparer le type de soins couverts, les montants et conditions de remboursement, la possibilité de bénéficier du tiers-payant et, bien sûr, le prix de la cotisation.

À cela, vous pouvez même envisager de rajouter un troisième niveau de protection : une surcomplémentaire. Ce type de contrat permet de renforcer la prise en charge de vos dépenses de santé de manière ciblée.

Si vous souhaitez en savoir plus à ce sujet, nous vous invitons à lire notre article à propos de la surcomplémentaire santé.

Continuer votre lecture

Si cet article vous a plu alors ceux-ci devraient aussi vous intéresser !

Mutuelle et hospitalisation : comment ça marche ? 

En cas d’hospitalisation, on se demande rapidement ce que cela va nous coûter à la sortie. On ne sait pas forcément tout ce qui est remboursé par l’Assurance Maladie et ce qu’il va falloir sortir de notre poche. Pourtant, on peut avoir de vilaines surprises en...

lire plus

278 420 sapeurs-pompiers et leurs familles profitent déjà de nos avantages adhérents.
Pourquoi pas vous ?